Ose le vert : recrée ta cour !

Mis à jour : 29 sept 2018

En 2016, la Région Wallonne, à l’initiative de son ministre de la nature René Collin, a lancé une toute nouvelle campagne intitulée Ose le vert, recrée ta cour. Son objectif : la promotion de la biodiversité et de la connexion à la nature au sein de nos écoles. Deux partenaires de choix se sont mis aux commandes de ce projet ambitieux : GoodPlanet Belgium et Natagora. A ce jour, 282 écoles ont déjà bénéficié de leur expertise, et ce n’est pas fini !



Ose le vert est un appel à projets de réaménagement conscient des espaces extérieurs, ouvert à toutes les écoles maternelles et primaires de Wallonie, qu’elles soient installées en ville ou à la campagne. Ses objectifs sont multiples et centrés autour de trois axes : la biodiversité, la nature au service de la convivialité et du bien être de l’enfant, et la reconnexion à la nature.

L’idée ici va beaucoup plus loin que d’amener quelques pots de fleurs et un peu de gazon dans la cour de récré. Il s’agit de mettre en place des projets qui servent les trois grands objectifs simultanément, et qui remettent la vraie nature au centre de tout, en équilibre avec les attentes et les possibilités de l’école. Comprendre et apprendre la nature de chez nous, les enjeux de la biodiversité, mettre les enfants en contact direct avec elles pour mieux les appréhender, faire connaître l’importance de ce lien nature pour le bien être et la convivialité. Concevoir le projet ensemble et le mettre sur pieds avec les équipes enseignantes et extrascolaires, les parents, et surtout les enfants. Et puis aussi former et outiller les écoles pour leur permettre de poursuivre cette démarche de manière autonome.


Pour mener à bien leurs projets, les écoles sélectionnées bénéficient d’une bourse (de 1.000 à 3.500 euros.) et surtout de l’accompagnement personnalisé d’un coach de la double équipe GoodPlanet/Natagora. L’accompagnement se déroule pendant 1,5 an à travers 4 visites et un suivi actif par téléphone ou email. La 1ère rencontre consiste en une réunion de concertation avec tous les acteurs du projet, une visite des lieux et une compréhension des attentes et craintes de chacun. Les rencontres suivantes sont pour la plupart des journées de chantier, menées avec les enfants et dynamisées par les coachs. Le travail de réaménagement se fait également entre chacune des visites, le plus souvent grâce à la motivation des équipes enseignantes et extrascolaires, de la direction et de l’association de parents.

Le premier appel à projets a vu arriver près de 500 candidatures d’écoles enthousiastes. Le retour positif des 141 écoles sélectionnées ayant tellement mis en avant l’importance du coaching et du soutien, un deuxième appel a été lancé fin 2017 pour le même nombre d’écoles. L’accompagnement de la deuxième édition est actuellement en cours, et prendra fin en mai 2019.


A Nivelles, une école a jusqu’à présent bénéficié du programme : l’école maternelle et primaire du Béguinage. Sélectionnée lors de la première édition, elle a pu profiter de l’occasion pour réaménager l’ancien jardins des Sœurs, inaccessible jusque là. Les enfants ont eu l’occasion d’exprimer leurs rêves pour ce nouvel espace vert, et les travaux ont vu notamment l’abattage et l’élagage d’arbres et haies non indigènes, la création d’une mare dans les fondations d’une ancienne serre, la constitution d’un compost pour les déchets organiques des repas et collations. Une pelouse fleurie a été semée, et quelques arbres fruitiers plantés. Dans la cour, des plantes grimpantes indigènes ont été installées au bas de plusieurs façades, et des bacs de plantations placés pour délimiter les zones d’activités.


Pour Céline Henriet, Nivelloise et coach Ose le vert chez GoodPlanet, le constat est clair : si elles ne peuvent obtenir qu’une bourse, la majorité des écoles sont peu intéressées. Ce dont elles ont besoin avant tout, c’est de soutien ! Le travail du coach est important pour faire comprendre à tous les enjeux réels du projet et aligner l’équipe autour d’objectifs communs. Mais parfois, cela s’avère compliqué : Quand il y a des freins, ils émanent souvent des adultes, rarement des enfants. Parfois, les volontés des écoles sont assez contradictoires. Elles veulent de la nature, du vert, que les enfants soient bien et heureux, mais elles ont du mal à bousculer leurs habitudes, elles ont peur des inconvénients collatéraux. Mais amener la nature sauvage à l’école nécessite du changement dans les mentalités et les actions, ainsi que dans l’approche pédagogique : Installer quelques pots de fleurs au milieu de la cour ne permet pas à l’enfant de se connecter à la nature, surtout si on lui dit qu’il ne peut pas y toucher. Il faut aller plus loin, oser la démarche, lui permettre de s’épanouir à travers elle, et donc de pouvoir sentir, toucher, grimper et aussi parfois se salir ou tomber.


Les 40 écoles dont Céline s’est occupée jusqu’ici ont vécu des expériences fortes, des petites et grandes réalisations, des chantiers collectifs magiques et de belles avancées. Et même s’il faut souvent faire évoluer le projet, mobiliser les équipes et réexpliquer les enjeux, le jeu en vaut clairement la chandelle. 1 an et demi c’est peu dit-elle tellement il y a des choses potentiellement faisables en terme d’aménagement, d’utilisation, de réflexion et d’usage pédagogique. Mais notre rôle doit s’arrêter là, car déjà les écoles suivantes arrivent ! Du coup, on essaie de les outiller un maximum et de les mettre en réseau, pour qu’elles puissent poursuivre en autonomie.


A force de pousser la réflexion sur la nature au sein des espaces extérieurs de l’école, GoodPlanet a réalisé que cette dernière était loin d’être le seul enjeu dans les cours de récré. L’association, en partenariat avec la coopérative Cera, a décidé d’œuvrer à la rédaction collective d’une publication sur le sujet, avec un grand nombre d’acteurs du terrain et l’objectif d’imaginer ce que pourraient être les espaces extérieurs scolaires, en regard de ce qu’ils sont aujourd’hui. Sortie officiellement le 21/09, la publication est disponible pour toutes les écoles, en format papier ou en ligne.


Forte de son succès, la campagne Ose le vert, recrée ta cour vient tout juste de lancer l’appel aux candidatures pour sa 3ème édition. Les écoles ont jusque fin novembre pour rentrer leur dossier, avec une grande nouveauté : l’ouverture aux écoles normales et l’objectif de sensibiliser les futurs enseignants dès le début de leur formation. A bon entendeur !

www.oselevert.be

www.goodplanet.be

www.natagora.be


© Emilie Colle

he Nivelles Lovers 2018

© 2018 creation by Pica Mundo sprl - Toute reproduction interdite sans autorisation de la rédaction.

Editeur responsable : Chantal Cayphas I Pica Mundo sprl - Rue Sainte Gertrude 14 - 1400 Nivelles   I   Belgique   I   n° d'entreprise : 0874.357.604