La connexion du corps et de l’esprit

Mis à jour : mars 30

La quête du bien-être est tout sauf évidente. Dans certains cas, il est même préférable de passer par les services de professionnels pour s’en rapprocher. Qu’ils s’agissent de pros du sport, de l’esthétisme ou du (para)médical.


Pascale «Kalou» Pesce émarge à cette troisième catégorie.

Sa profession? Edukinésiologue. Que ce soit en consultation individuelle ou au travers des activités de son asbl «Asmä», elle contribue à faire le lien entre les mouvements de notre corps et notre cerveau. Des interactions dont nous oublions parfois l’évidence.



Pascale «Kalou» Pesce

«Lorsqu’un enfant éprouve par exemple des difficultés à lire, on se pose rarement la question de savoir comment il se sent dans son corps, avance Pascale Pesce. Pourtant, la cause est peut-être tout simplement à chercher dans des petits troubles, comme d’ une difficulté de poursuite occulaire qui peut provoquer à force, des picotements dans les yeux. Même chose pour un jeune éprouvant des difficultés à écrire. Il se peut que cela soit uniquement le fait d’une mauvaise posture, d’une difficulté de préhension.» Autant de petites causes susceptibles d’avoir de grandes conséquences. Au point de nous pousser à adopter, inconsciemment, des attitudes qui peuvent s’avérer handicapantes dans notre vie quotidienne.

«Il y a un tas de choses que nous ne faisons pas, ou ne pouvons pas faire, parce que le corps n’est pas nécessairement coordonné à l’esprit pour le faire. C’est là que j’interviens, en m’appuyant principalement sur deux grandes techniques: le braingym et l’intégration des réflexes archaïques.»


Le braingym consiste, en quelque sorte, à coordonner corps et cerveau. La répétition de mouvements spécifiques peut stimuler les capacités physiques utiles pour l’écoute, la mémorisation, la lecture, la compréhension. Cette technique contribue à libérer ce qui nous bloque dans nos apprentissages et nos désirs de changements.

«Cette technique comprend 26 mouvements issus de la kinésiologie éducative. Ce sont des mouvements faciles, rapides et ciblés, permettant de répondre à différentes questions et de trouver son équilibre. Ici, l’idée maîtresse est l’observation de soi. Il faut faire en sorte d’être à l’écoute de son corps et des émotions, pour répondre à ses besoins premiers.»


Quant à l’intégration des réflexes archaïques, elle consiste en l’intégration de mouvements primitifs dont l’acquisition est censée se faire avant ou à la naissance, et durant la première année de vie. Il s’agit de différents mouvements innés favorisant la mise en place de notre fonctionnement corporel, émotionnel et cognitif.


«Derrière chaque mouvement accompli se trouve un réflexe et une réaction de redressement. Etablir une carte motrice stable permet notamment à l’enfant d’être maître de son comportement.»


Un manque d’intégration de ces réflexes peut avoir des conséquences sur notre équilibre et notre bien être. Globalement, le travail effectué par Pascale Pesce a pour objectif d’aider les enfants à surmonter leurs difficultés motrices ou d’apprentissage. Elle intervient également pour épauler des personnes de tous âges (jeunes, adultes et aînés) à se réaliser pleinement ou à mieux s’outiller en vue de relever de nouveaux challenges. Qu’il s’agisse de résoudre des difficultés d’apprentissage pour un enfant ou, dans le cas d’un adulte, de porter un nouveau projet de vie, professionnel ou plus personnel.


«Mon activité est complémentaire à celle d’autres spécialistes (logopèdes, psychologues, kinés, etc.). J’interviens en amont, ou en complément, précise-t-elle.


Christophe Goffaut


Asma asbl

stageasma@gmail.com

www.infoasma.be

0476 93 37 05

© 2018 creation by Pica Mundo sprl - Toute reproduction interdite sans autorisation de la rédaction.

Editeur responsable : Chantal Cayphas I Pica Mundo sprl - Rue Sainte Gertrude 14 - 1400 Nivelles   I   Belgique   I   n° d'entreprise : 0874.357.604