Eolia, l’émotion musicale

Quand il s’agit d’évoquer une chorale nivelloise, les noms de «La Chanterelle», «Chansons du monde» ou encore la chanterie «A coeur Joie» sont le plus souvent avancés. Curieusement, celui d’Eolia vient nettement moins facilement à l’esprit.


«Si on devait procéder à un mini sondage dans les rues de la ville, je suis certaine que peu de gens seraient capables de nous citer, sourit Véronique Pièret. La chef de choeur, que l’on a justement connu à La Chanterelle et au sein de la chanterie «A Coeur-Joie» a pourtant fondé son ensemble voici dix ans déjà (en 2008 très précisément), au retour de son exil bruxellois. Depuis, l’association cultive la discrétion presque malgré elle. Notamment pour une raison toute simple: on y retrouve peu d’habitants de la région. Un paradoxe dont Véronique Pièret ne se formalise pas. Sa préoccupation première, c’est de donner libre cours à sa passion pour les voix.




«Le chant, c’est ma détente. J’oublie tout le reste», explique-t-elle, du haut de ses 21 ans d’expérience à la direction d’un ensemble. Ce que j’aime particulièrement dans une chorale, c’est son effet polyphonique. C’est agréable de le construire à partir de voix différentes et, dans la foulée, mettre en place une création que l’on peut ensuite offrir en partage aux autres. «Actuellement, la chorale Eolia compte cinquante choristes, tous portés par le même plaisir de chanter ensemble, de partager une véritable émotion musicale. Sans s’imposer trop de contraintes.»


«Nous sommes des amateurs, insiste la chef de choeur, infirmière de profession. Le rythme de nos répétitions n’est pas trop soutenu. On se retrouve une semaine sur deux, cela correspond aux attentes de chacun d’entre nous. Cela contribue également à la bonne ambiance générale. Nous formons un groupe solidaire et convivial. Lorsqu’il y a un mauvais esprit,

le plaisir disparaît. J’ai d’ailleurs préféré mettre un terme à ma chorale bruxelloise, il y a plus de dix ans, pour cette raison.»


Au fil des années, Eolia s’est constituée un répertoire de chansons composé essentiellement de chansons françaises. De Salvatore Adamo à Jacques Brel, en passant par Alain Souchon, Michel Fugain, Jean-Jacques Goldman, Renaud ou Stromae. «Si nous proposons avant tout des chansons françaises, c’est avant tout parce que j’adore ça. Mais aussi pour la simple raison que ma formation ne me permet pas de prétendre proposer des grandes oeuvres classiques. Nous interprétons par contre quelques titres en anglais. Dans un nombre limité car il faut pouvoir connaître les textes par coeur, ce n’est pas nécessairement évident.»


Tous les deux ans, Eolia présente son répertoire sur scène, accompagnée d’un groupe instrumental. Son prochain spectacle, la chorale le proposera le samedi 23 mars au Waux-Hall, à l’occasion de son dixième anniversaire. Le moment est attendu avec impatience par la troupe. «Même en tant qu’amateurs, nous avons besoin d’objectifs pour avancer. Le concert en est un. C’est la concrétisation de beaucoup de travail pour les choristes.»


La chorale est ouverte à tout le monde, sans sélection à l’entrée. Pour les personnes intéressées, les répétitions se déroulent le mercredi (de 20h15 à 22h30) à l’école du Béguinage (rue du Béguinage, 1).


Infos: http://www.chorale-eolia.be/


Christophe Goffaut

17 vues

© 2018 creation by Pica Mundo sprl - Toute reproduction interdite sans autorisation de la rédaction.

Editeur responsable : Chantal Cayphas I Pica Mundo sprl - Rue Sainte Gertrude 14 - 1400 Nivelles   I   Belgique   I   n° d'entreprise : 0874.357.604